Désirs et désastres …

La semaine dernière alors que nous étions à la FNAC, ma soeur me dit « je ne sortirai pas sans un livre » … Nous voilà donc en quête du précieux. Alors que j’étais à quatre pattes dans le rayon cherchant le deuxième tome de Emma Foster (on est dans le thème) (soit dit en passant deux semaines à peine après sa sortie, le livre n’y était pas/plus… ), je suis tombée sur des pavés aux couleurs flashy. Les résumés étant fun, elle est repartie non pas avec un livre mais deux! Et l’un d’eux a fini chez moi!

téléchargement« Je suis une catastrophe ambulante. Il va devoir s’accrocher ! »

– Être jetée hors de la galerie où je veux exposer : fait !
– Me retrouver à moitié nue en pleine soirée mondaine : fait !
– Rencontrer un bel inconnu dans les vestiaires pour hommes : fait !
– Survivre à la honte… à faire !
Lunaire, attachante et imprévisible, Elena Lavigne vit l’une des pires journées de sa vie. En vingt-quatre heures, cette jeune étudiante en art est refoulée de la galerie où elle vient présenter ses oeuvres et se retrouve à jouer les naturistes en plein gala dans un palace. C’est la catastrophe ! Jusqu’à ce qu’elle croise la route d’un séduisant inconnu en se trompant de vestiaire. Le problème ? Elle est en soutien-gorge, lui en smoking. Ce qui n’empêche pas le coup de foudre…

Alors non, ce n’est pas une énième variation du la naïve et du milliardaire mi-fouet. Certes, monsieur est très riche, certes, il a des problèmes familiaux (qui n’en a pas) mais ce livre qui m’a un peu fait peur au début est au final une jolie surprise.

Donc nous avons un couple, elle étudiante, lui trader et riche à millions. Mais loin d’être dysfonctionnels comme tant d’autres, ils vont faire front commun. Il y aura bien sûr des hauts et des bas mais j’ai apprécié la « normalité » de leur relation. Cela sonne vrai (enfin si tant est qu’il s’agit d’un milliardaire).

Amour, trahison, famille sont les ingrédients de ce livre un peu sexy dont les pages se tournent toutes seules. C’est mignon, divertissant et je n’en demandais pas plus pour un dimanche.

Bref, depuis, je me suis intéressée à la maison d’éditions et je lirai d’autres de leurs romans.  30757621-e1437472008159

2016 ou l’année des défis!!

Certains diront que je suis versatile, moi je dis que j’ouvre mes horizons! Alors forcément, j’avais dit « jamais »! Jamais de NA humm …jamais de milliardaire …humm et surtout jamais de BDSM …hum … hum ..

facebook_banniere

Tout a commencé lors du Festival du roman féminin (attention cette phrase apparaîtra souvent, le festival a été un révélateur) … Une erreur de salle et me voilà à écouter Emma Foster lire un extrait son livre. Sur le coup, je lève les yeux au ciel. Mais la dame y met l’intonation, ajoute quelques mots qui font rire et surtout, elle explique son histoire. La lecture se termine et je passe à une autre salle… Sauf que le speech d’Emma Foster me reste en tête et semblant de rien, je finis, à mon retour en Normandie, par me procurer le livre …

téléchargement Depuis son divorce, Adam refuse d’entretenir des relations suivies et se contente d’escortes. Un soir, il rencontre une jeune femme qui se montre très directe et lui propose d’aller à l’hôtel. Contre toute attente, elle n’a rien d une professionnelle. Eve est une femme blessée qui ne conçoit plus le rapport charnel que dans l’expiation. Elle va initier Adam à la domination. Lui qui n’avait jamais songé à dominer sexuellement ses partenaires se laisse entraîner dans un jeu inattendu par et pour cette femme pas comme les autres…

Jusqu’à un certain point, je ne pensais pas aimer et puis les choses se sont décantées et non seulement, j’ai apprécié ma lecture mais en plus je lirai la suite!
Donc que dire? La chose principale: c’est super bien écrit! Emma Foster sait manier la langue française (et pour cause lol). Ici, le style est soigné, point de répétitions à outrance ni de vulgarité!! Ca change … (je précise que j’ai un point seul point de comparaison et celui-ci m’a tellement traumatisée que j’ai dit « Jamais » … Merci M. Grey)

Ensuite, je dirais que ma lecture a été faite d’attirance et de répulsion.

J’ai été attirée par le personnage d’Adam , de le voir s’ouvrir à quelque chose qu’il ne pensait pas être pour lui… C’est un homme normal qui va explorer une nouvelle facette de sa sexualité. Ainsi donc pas de ténébreux souffrant d’un traumatisme et qui expie en usant des femmes et de quelques accessoires. Non, il découvre qu’il aime ça tout simplement. L’auteur n’essaie pas de nous « excuser » ses penchants par un problème psychologique! Adam est le narrateur, ce qui compte tenu de mon autre expérience (Et pourtant, je n’ai lu que des extraits du fameux point de vue de Grey) aurait pu me faire peur. Mais ici point de pervers qui pense avec son sexe. Il utilise sa tête tout simplement.

Répulsion … Et bien le BDSM passe difficilement chez moi … On ne se refait pas. J’ai trouvé d’ailleurs quelques scènes assez ridicules. Et puis j’ai décidé que ma lecture deviendrait une sorte d’étude anthropologique. J’ai lu en levant souvent les yeux au ciel. Je fais partie de celles qui ne trouvent aucun plaisir dans la douleur. Je reste hermétique à cette tendance, à cette mode.

Mais j’ai aimé être dans la tête d’Adam. J’ai clairement aimé suivre son parcours psychologique. Et la fin étant ce qu’elle est, je lirai le tome 2 … Et je vais me pencher sur les oeuvres de l’alter égo de l’auteur, Angela Morelli.

Une prochaine fois, je vous parlerai de ma récente expérience avec un milliardaire …

Sinon, pour revenir au festival! C’était génial!! J’ai adoré l’ambiance, la proximité des auteurs, les conférences que j’ai trouvé très intéressantes! Et cerise sur le gâteau : Elizabeth Hoyt!!! J’espère qu’il y aura un second « tome »!!!

30757621-e1437472008159.jpg

Bilan de février 2016

bilan-autourduweb

Je continue sur ma lancée et voici un nouveau bilan! A ce jour, j’ai lu le double de livres par par rapport à la même époque en 2015! Il y a cependant une petite baisse par rapport à janvier (mais une grippe aussi!!! ).

J’ai eu un assez bon mois de février, 8 livres lus dont 4 en vo!! Je ne compte qu’un seul abandon. En effet, sur mon excellente impression de lecture en New adult avec la série The game plan de Kristen Callihan, j’ai voulu continué et ai commencé Jeu de Patience de J. Armentrout et là … patatras, une héroïne traumatisée qui aurait pu être intéressante mais un traitement un peu trop immature à mon goût (le jeu du « tu veux sortir avec moi » a eu raison de moi).

Bref, je resterai sur mon coup de coeur « The game on » pour l’instant! Les histoires sont parfaites, mignonnes et sexy avec un peu de drame pour une intrigue efficace. Le seul bémol concernant cette série, c’est que je l’ai lu en enchaînant les tomes, et arrivée au troisième, j’ai pris un peu moins de plaisir car habituée aux automatismes de l’auteur.

7948382gr

En paranormal et urban fantasy : Encore une fois, K Armstrong ne m’a pas déçue avec son Magie d’entreprise! J’avais peur de quitter la meute à la fin du second tome, ici, j’ai peur de quitter les sorcières et autres mages! Kelley Armstrong maîtrise parfaitement son récit. Elle sait doser l’action, l’émotion et une pointe de sexy.

J’ai aussi relu Demonica: Plaisir déchaîné et comme la première fois, j’ai aimé le monde, la mythologie mais bon sang, il y a trop de sexe! Dommage, j’aime beaucoup Eidolon …

Burned de KMM, j’ai déjà parlé de ma lecture en demi teinte …

En romance historique, deux livres! The tempation of the night jasmine de Lauren Willig … Comme toujours, on suit un soap façon espionnage napoléonien! Comme toujours les français sont les méchants, c’est du grand n’importe quoi, tellement gros qu’on fini par y croire! Mais c’est bon! Et Lauren Willig a le mérite de ne jamais écrire le même livre. Ici place à la pas si naïve Charlotte et son Duc, Robert. C’est mignon, fantasmagorique et on adhère!

J’ai enchaîné avec une relecture de Daphné et le Duc de Julia Quinn et si j’ai aimé l’histoire que j’ai trouvé super mignonne, je l’ai aussi trouvé super légère sans contexte fort. Ce n’est pas une déception mais un joli divertissement.

ET la suite? Je suis en train de lire en lecture commune, The betrayal of the blood lily de Lauren Willig ou la suite de mes espions  et en parallèle Where trust lies de Janette Oke (les romans tirés/inspirés, je n’ai pas très bien compris de la série Where calls the heart)

30757621

Burned de Karen Marie Moning

51dl32sKCFL

« Ce soir, j’ai peut-être vaincu l’un des pires Unseelies de tous les temps, mais le silence et la désolation qui règnent dans ce qui était autrefois le coeur de Temple Bar me donnent le cafard. Je veux retrouver mon Dublin. Je veux que cette foutue glace disparaisse. Alors que je viens de faire halte, maussade, l’extrémité d’un objet dur et pointu se pose soudain dans mon dos. – Lâche ton épée, Dani, dit Mac derrière moi. »

Alors que dire … On va commencer par le commencement … Je me souviens de ce Noël où ma copine Tisha m’a offert le premier Fever. D’abord dubitative, je n’avais jamais lu d’Urban fantasy, j’ai plongé avec joie dans ce récit (et le truc qui est chouette … avant tout le monde puisque lorsqu’elle me l’a offert, en France, on connaissait à peine KMM) (au fait ai-je dis que je ne la remercierai jamais assez? C’est elle qui m’a ouvert les portes de la lecture vo, en me laissant piocher dans sa bibliothèque). J’ai adoré les 5 tomes, j’ai lu les Highlanders. Bref, j’étais fan. En plus, alors qu’en romance paranormale, on nous abreuvait de séries interminables, celle-ci devait se terminer avec le tome 5! Ce fut le cas… oui mais …

Un spin-off a été annoncé. Bon le truc d’un spin-off, c’est qu’on a le choix de le lire ou pas. Cette fois-ci, je ne me suis pas jetée sur la vo (oui, je n’aime pas qu’on me prenne pour une vache à lait) et j’ai attendu la vf. J’avais plutôt bien aimé Iced et contrairement à beaucoup, j’aimais bien Dani la vantarde. J’avais envie de connaitre la suite de son histoire et l’attente a commencé. Parce que, oui … avec KMM l’attente et longue et elle est même doublée quand on le veut en français. Bref Burned, le second tome, est enfin sorti et … j’en sors mitigée.

Tout d’abord, j’ai eu du mal à me sortir de la tête que l’auteur a écrit ce livre par intérêt. Exit les chroniques de Dani, on revient à Mac et pour moi c’est une déception.

Même s’il y a de très bonnes idées dans ce livres, même si je comprends ce qui agite Mac, dans ce tome, c’est un peu Mimi geignarde. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai levé les yeux au ciel dans la première partie du bouquin. Oui parce qu’à la moitié le déclic se fait et on retrouve Mac et le truc en plus qu’avait les Fever. Plus d’action, moins de pleurnicheries et bor*** moins de sexe.

Parce que oui, j’en ai eu marre de toutes ces références au sexe! Les gars doivent faire face à un monde apocalyptique, à un nouveau gros danger. Ils doivent trouver un moyen de sauver leur pote (aka Christian Mckeltar, mon chouchou) et ils se comportent comme des bêtes en rut. C’est pénible.
Ce qui me conforte dans le fait que Kelley Armstrong est devenue mon auteur d’Urban fantasy préférée. Il y a de la romance, il y a du sexe (mama cette scène dans le placard) mais tout est bien dosé.

Bref … Niveau intrigue, nos héros font face aux conséquences de ce qu’il s’est passé dans Iced (et là flûtre, je ne m’en souvenais plus! Heureusement, KMM a eu l’idée de mettre un gros lexique à la fin qui explique tout).
Comme je le disais exit Dani, elle disparaît en faërie. Il faut sauver Christian des mains de la sorcière pourpre et un nouveau personnage, Jada, apparaît.

Donc, Mac redevient le narrateur principal. Elle cherche un moyen de contrer le livre qu’elle porte en elle. Et comme si ce n’était pas suffisant, l’auteur aujoute une brouille entre Barron et elle. Ceci était inutile pour moi mais bon …
En ce qui concerne les autres personnages! Oh joie!! On revoit les McKeltar!!! Peu mais suffisamment pour qu’ils soient l’objet du cliffhanger!
Les 9 de Barron … ou devrai-je dire Ryo puisque Barron devient ici un personnage secondaire qui perd son aura. C’est Ryo qui prend le dessus. Et comment dire … je suis assez ambivalente le concernant. J’attends la sortie de Feverborn (en fr hein) pour donner mon avis définitif. Sinon, on en découvre un peu plus sur ces 9.
Dani … est absente tout au long du livre. .. ou pas …

Bref, mon avis est un peu brouillon donc je vais m’arrêter là en disant qu’il faut subir la première partie pour apprécier la seconde qui fait plus dans l’action. Et le cliffhanger … grr!!!!

g

Je lis du New adult … si …si

Attention coup de coeur!

dd5f43d5f85671f1cf8adc3444c321eb
Et oui, c’est un NA (mais bon il n’y a que les IMBECILES qui ne changent pas d’avis! Et j’aime être versatile! :p

Je n’aime pas le NA, enfin un certain type de NA. Ce que je n’aime pas c’est la dose de patho que les auteurs se sentent obligé(e)s de mettre (ou elles le font pas envie hein!). Il faut que l’un des héros ait subi de gros accidents de la vie, qu’il soit endommagés (il arrive que les deux le soient)… le tout à 20 ans sinon ce n’est pas drôle. L’autre possibilité (ou parfois, elles sont assemblées) c’est qu’il faut un bad boy au coeur tendre! Sauf que du haut de mes trente et quelques années, je refuse d’accepter qu’une héroïne se fasse marcher dessus par amour! C’est une raison aussi pour laquelle, j’ai détesté tous les romances érotiques mit fouet et les co** de biker ! Une femme n’est pas une serpillière et comme tout être humain, elle a le droit au respect !!! (ouais ouais ouais, je vais entendre parler de leur libre arbitre et toussa, mais je reste traumatisée par une certaine scène à Paris)

Bref, assez de disgression, tout cela pour dire, qu’en temps normal, le NA ne m’intéresse pas (et le même genre d’histoire chez les adultes non plus).
Sauf qu’il y a quelque temps , j’ai été attirée par le tome 3 de cette série , enfin j’ai été attirée par sa couverture : un bel hipster barbu et tatoué. J’ai longtemps reculé et j’ai sauté le pas. Mais pas question de lire dans le désordre, j’ai commencé par le premier tome (poussée par l’avis super positif d’une booktubeuse :  Real-Listen-Feel )et grand bien m’en a pris!

The rules: no kissing on the mouth, no staying the night, no telling anyone, and above all… No falling in love

Anna Jones just wants to finish college and figure out her life. Falling for star quarterback Drew Baylor is certainly not on her to do list. Confident and charming, he lives in the limelight and is way too gorgeous for his own good. If only she could ignore his heated stares and stop thinking about doing hot and dirty things with him. Easy, right?

Too bad he’s committed to making her break every rule…

Football has been good to Drew. It’s given him recognition, two National Championships, and the Heisman. But what he really craves is sexy yet prickly Anna Jones. Her cutting humor and blatant disregard for his fame turns him on like nothing else. But there’s one problem: she’s shut him down. Completely.

That is until a chance encounter leads to the hottest sex of their lives, along with the possibility of something great. Unfortunately, Anna wants it to remain a hook up. Now it’s up to Drew to tempt her with more: more sex, more satisfaction, more time with him. Until she’s truly hooked. It’s a good thing Drew knows all about winning.

All’s fair in love and football…Game on

On suit ici Anna et Drew. Anna est une étudiante parmi tant d’autres tandis que Drew est LA star de la fac! Il est le quaterback de l’équipe de foot, extrêmement doué et extrêmement sexy aussi! Pourtant Drew a un coup de foudre et rien ne l’arrêtera avant qu’il ne fasse succomber Anna.

dfffadcd43b9367db3a45c3ad2401053(là c’est Drew tel que dedans ma tête)
Loin d’être un bad boy, Drew est un personnage solaire, il est la star de son équipe mais aussi le capitaine et se conduit comme tel. Il profite de la vie mais sans scandale. Orphelin (là j’ai fait « outch »), il est pourtant positif. Bref, il est parfait (jusqu’à un certain point… sinon, il n’y a plus d’histoire). Face à lui nous avons Anna et ses fêlures. Anna qui veut bien être son amante mais pas sa petite amie. En fait, c’est Anna qui a quelques fêlures. Il en fallait bien. Et celles-ci ne m’ont pas dérangée parce que je les connais. Notre héroïne est une ancienne grosse. Elle a souffert toute son adolescence des moqueries et autres quolibets de ses camarades de classes et ce d’autant qu’elle vivait dans une petite ville. Arrivée en fac, elle apprécie l’anonymat que peut lui offrir l’énorme campus et ne se sent pas le courage d’accepter les conséquences « publiques » d’une relation avec la star de la fac.

On va donc les voir nouer des liens de plus en plus profonds, Drew faire tomber un à un les remparts d’Anna … Le tout avec un taux de gloussement hors normes!

Et puis tout bascule, l’amourette d’université prend un tour plus sombre, plus profond, plus adulte et là j’ai dit bravo!

Bref, un coup de coeur absolu qui me pousse vers le second tome pleins de promesses puisque le héros n’est autre que le meilleur ami de Drew et que c’est un sacré spécimen!

g

Voici venu la fin de janvier

Nous sommes le 31 janvier, il est donc venu le moment de faire un bilan lecture ! Je suis assez fière de moi, j’ai bien lu, de tout (et ohhh surprise beaucoup d’historiques) et le tout sans me forcer ! Ce qui veut dire que les jours où je n’ai pas envie, où la tv m’appelle, je ne lis pas ! Par contre, j’ai pris l’habitude de lire pendant ma pause déjeuner et ne plus partir en ballade en ville (ce qui est bon pour mon compte en banque ceci dit!!)

Je ne listerai pas tout ce que j’ai lu, voici les couv :

Cette année, mon but est de finir des séries que j’ai commencé et éviter d’en commencer d’autres et comment dire …J’ai certes avancé dans une série mais j’en ai commencé quelques autres ! Pas bien ! Et encore moins, se mettre à jour dans une série pour la recommencer du début à force d’en discuter avec une copine, juste parce que c’est une des meilleures séries historique du moment !! Elizabeth Hoyt merci de ne pas avoir gâché l’histoire de Phoebe et Trevillion, je vous en aurais voulu !!!

Bref, ce mois-ci fut bon ! J’ai aimé mes lectures, je n’ai à déplorer qu’un seul abandon : Hannah and the Highlander de Sabrina York à cause de son héroïne qui se veut moderne et qui est surtout tête à claques !

Grande première pour moi, j’ai lu un roman de type « inspirationnel » ou « chrétien », ce qui veut dire avec beaucoup de religion inside !

51atj-SfXuL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-v3-big,TopRight,0,-55_SX324_SY324_PIkin4,BottomRight,1,22_AA346_SH20_OU08_

Her courage and her heart will be tested in ways she never expected…
Beth Thatcher has spent her entire life in the safe, comfortable world of her family, her friends, and the social outings her father’s wealth provides. But Beth is about to leave it all behind to accept a teaching position in the rugged foothills of western Canada. Inspired by her aunt Elizabeth, who went west to teach school several years ago, and gently encouraged by her father, Beth resolves to put her trust in God and bravely face any challenge that comes her way.
But the conditions in Coal Valley are even worse than she’d feared. A recent mining accident has left the town grieving and at the mercy of the mining company. The children have had very little prior education, and many of the locals don’t even speak English. There isn’t even a proper schoolhouse. In addition, Beth’s heart is torn between two young men–both Mounties, one a lifelong friend and the other a kind, quiet man who comes to her aid more than once.
Despite the many challenges, Beth is determined to make a difference in the rustic frontier town. But when her sister visits from the East, reminding her of all the luxuries she’s had to give up, will Beth decide to return to her privileged life as soon as the school year is over?

J’admets avoir levé les yeux au ciel plus d’une fois mais j’ai tenté de me remettre dans le contexte historique et culturel. Ensuite, j’avoue que mon avis final a été biaisé par la série tv de Hallmark : Where calls the heart dont le livre reprends les personnages et situations (encore que …). Je n’ai pas trop compris qui du livre ou de la série est sortie le premier. Ce que je sais, c’est qu’une autre série de livres a précédé ceux-ci et raconte l’histoire de la tante de mon héroïne. Je ne sais pas encore si je la lirai, on verra !!

Ici, j’ai apprécié ici que l’histoire soit plus âpre, moins facile pour Elizabeth « Beth »qu’à la TV. Coal Valley, la petite ville minière de l’ouest où elle est engagée comme institutrice, est moins idyllique, plus rude et pauvre mais les habitants tout aussi chaleureux. ET même si on ne retrouve pas les personnages auxquels on est habitué, on s’attache à tous ces hommes et femmes pauvres mais dignes et bien plus humains. Et l’histoire d’amour alors? Il n’y en a pas … Enfin, elle pointe le bout de son nez tout doucement. C’est clairement une histoire qui se fera sur plusieurs tomes. Bref, le charme a fonctionné. J’aime Coal Valley, Elizabeth et Jack! Et j’y retournerai!!!!

Ce mois-ci, je suis sortie de ma zone de confort pour lire un livre que Goodread ou Amazon qualifient d’horreur. Ai-je eu peur ? Non mais certains passages étaient comment dire … un peu « dégueu » ! Il n’empêche que ce livre fut mon premier coup de cœur de l’année !

519hKeoo+uL._SX319_BO1,204,203,200_

Dans la petite ville de Peakwood, Montana, un accident de bus scolaire pousse le médecin de la ville à faire appel à son père, le chaman de la tribu indienne des Black feet, pour reprendre à la mort les victimes de ce drame. Dix ans plus tard, des blessures inexpliquées apparaissent sur les corps de certains habitants tandis que d’autres entendent une voix étrange les poussant à tuer. Pour s’en sortir, Tom, Kevin ou encore Andrew vont devoir percer le secret de la cérémonie ancestrale qui les a ramenés à la vie. Au risque de mourir une seconde fois.

C’est un premier roman super bien écrit! Certes, il laisse un petit sentiment de malaise mais j’étais avide de connaître la suite, de voir comment tout ça aller tourner … de voir comment la folie ambiante prendrais fin.

Voilà mon bilan du mois et encore une fois, je suis fière de moi ! Le mois de février commence avec des lectures communes, et un certain James Fraser

2015 est derrière nous, 2016 ouvre la voie à de nouvelles perspectives …

L’heure du bilan est donc venue !
J’ai lu 86 romans / essais en 2015 (7 de moins qu’en 2014, la faute à une panne livresque qui m’a touchée de plein fouet en avril … tout le début d’année n’a pas été génial).

Parmi ces romans :
– 69 format électronique
– 17 format papier
Les puristes vont grincer des dents mais je ne fais pas partie de leur groupe. J’aime avoir un beau livre dans les mains mais je suis aussi raisonnable (quelque part dans la logique qui m’est propre), le format papier est cher (plus de 20 € le GF vraiment ??? A moins du coup de cœur absolu, non merci) ; mon appart est petit et mon kindle est pratique !!!

58 lus en vf
28 en vo
J’aurais cru plus mais non mais bon ça fait un peu plus de 2 par mois quand même !!!

Et les genres dites vous ??? Principalement de la romance mais  je ne vais pas changer radicalement du jour au lendemain sachant tout de même que : Je classe la série Outlander dans la romance historique &
que mon auteur favori de 2015 est Kelley Armstrong en urban fantasy

Donc j’ai lu 24 romances contemporaines, 17 romances historiques (dont 4 tomes d’Outlander … et 5 tomes de la série Pink Carnation de Lauren Willig), 1 romantic suspens, 16 délices (dénomination générique qui me vient de mon passage chez BlueMoon et qui désigne tout ce qui n’entre pas dans les autres catégories), 11 Young adult, 8 en bit lit/ urban fantasy, 4 romances paranormales et 3 essais historiques.

J’ai eu plus d’un coup de cœur :

Le premier « Et Ellie vécut heureuse » de Harriet Evans

À vingt-deux ans, Eleanor Bee a trois buts dans la vie : déménager à Londres pour faire carrière dans l’édition, avoir les moyens de s’offrir un café et un croissant tous les matins, et ne jamais tomber amoureuse – elle a tiré les conclusions du divorce de ses parents. Quand enfin elle arrive dans la capitale, rien ne se passe comme prévu. Elle accumule les gaffes, trouve que sa carrière ne décolle pas et, pire que tout : elle a un coup de foudre ! Là-dessus, Ellie est promue dans une maison d’édition new-yorkaise. Dix ans après, Ellie vit toujours à New York et tout lui sourit, sa carrière, sa vie sentimentale… Mais le passé a toujours une étrange manière de vous rattraper !

Une très jolie histoire douce amère où l’héroïne doit se trouver elle-même avant toute autre chose. Ellie aura des hauts et des bas mais elle vécut heureuse.

Puis vint la série de Lauren Willig : Pink carnation.
On y suit les aventures d’espions anglais sous l’ère Napoléonienne. Ils portent tous des noms de fleurs et sont tous plus rocambolesques les uns que les autres. J’ai beaucoup aimé le premier mais j’ai surtout adoré à partir du second. Mon préféré est The Seduction of the Crimson Rose le quatrième

Willig continues the exciting series with her fourth novel featuring Lord Vaughn, the delightfully devilish spy from The Masque of the Black Tulip, and Mary Alsworthy, the raven-haired beauty whose sister accidentally steals her suitor in The Deception of the Emerald Ring.

J’ai passé une nuit presque blanche pour le finir! Après une scène digne de « Sunset beach » qui m’a tiré des larmes (que voulez vous je suis trèèèèès fleur bleue), il me fallait connaitre la fin!
Donc il s’agissait du tome consacré à Lord Vaughn et Mary, la soeur de Letty, la précédente héroïne. ET on peut dire que le ton change. Ici, plus de bluette un peu fofolle mais une histoire entre deux personnes plus cyniques, qui ne croient pas/plus en l’amour.
C’est différent, c’est sombre mais ça colle aux personnages. Mary m’a touchée et je dirais que je la préfère à sa soeur, dans sa franchise et sa vision très réaliste de la femme et du mariage.
Quant à Vaughn… il ne m’a pas déçue loin de là!!! Il reste égal à lui même, froid, hautain et lorsqu’il craque …Je vous ai dit que j’ai pleuré?
Donc au final, un très bon tome (youhouuu je n’ai pas été déçue) mais différent, on a un temps quitté les loufoqueries …encore que …

La vf est sortie seulement elle est un peu beaucoup très chère …

J’ai ensuite craqué sur la série Outlander comme beaucoup donc je vous épargnerai mon laïus. Juste, je dirais que contrairement à beaucoup mon préféré est le Voyage où Claire et Jamie sont séparés la moitié du bouquin ….

Au rayon urban fantasy, on retrouve donc Kelley Armstrong et son Morsure (ahhh Clay!!!)

Elena Michaels est un loup-garou et la seule femelle de son espèce.
Voilà qui n’est déjà pas banal. Mais en plus. elle fait tout ce qu’elle peut pour être normale. Elle voudrait une vie ordinaire, sans ses désirs inhumains, sa sauvagerie, sa faim et ses instincts de chasseuse. Mais la Meute fait appel à elle, Enfreignant les lois du clan. des déviants menacent de dévoiler leur existence. Elena obtempère, car la loyauté du sang ne se discute pas. Et au cours de son combatelle découvrira sa vraie nature…

 J’ai tout aimé :les personnages, la quête d’identité de Elena, Clay (<3), la meute qui a tout d’une famille, Clay (je l’ai déjà dit ?) Jéremy😉 seul Nick n’est pas à la hauteur de son incarnation Tv.  J’ai d’ailleurs enchainé sur les autres tomes de la série en lecture commune avec mon amie Pandora Black .

The house of Shattered Wiggs de Aliette de Bodard … dis comme ça, c’est une auteure française mais qui écrit en anglais ! Pas de panique la vf arrive bientôt !!!

A superb murder mystery, on an epic scale, set against the fall out – literally – of a war in Heaven.

Paris has survived the Great Houses War – just. Its streets are lined with haunted ruins, Notre-Dame is a burnt-out shell, and the Seine runs black with ashes and rubble. Yet life continues among the wreckage. The citizens continue to live, love, fight and survive in their war-torn city, and The Great Houses still vie for dominion over the once grand capital.

House Silverspires, previously the leader of those power games, lies in disarray. Its magic is ailing; its founder, Morningstar, has been missing for decades; and now something from the shadows stalks its people inside their very own walls.

Within the House, three very different people must come together: a naive but powerful Fallen, a alchemist with a self-destructive addiction, and a resentful young man wielding spells from the Far East. They may be Silverspires’ salvation. They may be the architects of its last, irreversible fall…

Coup de coeur pour l’atmosphère, l’intrigue, pour les personnages …pour tout. Merci Pando ❤

The Diviners de Libba Bray (je ne mets pas de résumés pour ce livre et celui qui suit, ils sont sur le blog)

Attention coup de coeur absolu! Je n’avais pas été emballée comme ça par ma lecture depuis … la série Pink carnation de Lauren Willig . Ici rien à voir mais l’emballement est le même.

J’ai adoré l’ambiance, les années 20 à New York, les Speakeasies de Harlem, les flappers bref tout ce que j’aime. L’atmosphère est très bien rendue, très bien documentée. Et puis il y a l’apport du paranormal …

On devine partiellement l’intrigue mais cela ne m’a pas dérangée. J’étais prise dans l’ambiance, j’avais envie de savoir non pas quoi mais comment. Et puis tous les voiles ne sont pas levés, certains mystères persistent… Quatre tomes sont prévus.

Letter to lost de Iona Grey

Une histoire d’amour magnifique sous fond de guerre mondiale. J’ai adoré! C’est beau, c’est triste mais j’aurais tellement aimé rester un peu plus longtemps avec eux. En savoir plus sur la vie des héros après la guerre!

Et enfin un livre français …. Là où tombent les anges de Charlotte Bousquet

Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêve, elle se laisse séduire par Robert Maximi- lien et accepte de l’épouser. Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l’exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. Heureusement Lili la délurée et la douce Clémence sont là pour la soutenir. Quand la première guerre mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front. C’est l’occasion pour Solange de s’affranchir de la domi- nation de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s’organisent peu à peu sans les hommes… 

La première guerre mondiale vue par les femmes restées en arrière. L’auteur y aborde l’émancipation de la femme, le retour des gueules cassées … Le tout très bien écrit. Je l’ai lu en une journée.

J’espère que 2016 m’apportera les mêmes satisfactions livresques, de nouvelles découvertes, des lectures communes toujours plus fun ….

g

 

Un amour qui traverse le temps : Letter to the lost

téléchargement

IMG_20150809_115129

Je suis à peu prés certaines que mes amies ont pensé à un autre livre en lisant le titre de cet article ! J’y viendrai mais pas de suite. Aujourd’hui, je voudrai parler d’une romance qui dure. D’un amour qui vous marque et que rien ni les soubresauts de la vie ni le temps ne parvient à faire oublier.

C’est cet amour qu’ont partagé Stella et Dan durant la seconde guerre mondiale. Il était un pilote américain stationné en Angleterre, elle était l’épouse d’un vicaire parti au front. Ils se sont rencontrés, se sont aimés et la vie les a séparés.

1943, in the ruins of Blitzed London…
Stella Thorne and Dan Rosinski meet by chance and fall in love by accident. Theirs is a reluctant, unstoppable affair in which all the odds are stacked against them: she is newly married, and he is an American bomber pilot whose chance of survival is just one in five.
… He promised to love her forever
Seventy years later Dan makes one final attempt to find the girl he has never forgotten, and sends a letter to the house where they shared a brief yet perfect happiness. But Stella has gone, and the letter is opened by Jess, a young girl hiding from problems of her own. And as Jess reads Dan’s words, she is captivated by the story of a love affair that burned so bright and dimmed too soon. Can she help Dan find Stella before it is too late?
Now forever is finally running out.

Tout commence lorsque Jess, un jeune femme en fuite, trouve refuge dans une maison abandonnée. Elle y trouve une lettre expédiée depuis les USA et adressée à Stella. Cette lettre, c’est un peu une bouteille lancée à la mer, le dernier espoir de Dan pour retrouver le grand amour de sa vie, Stella, qu’il a perdu à la fin de la guerre.

Deux intrigues vont alors se mettre en place. Par le jeu de flashback on découvre nos héros. Outre, l’histoire d’amour, la vie en temps de conflit nous est dépeinte. Les privations, l’attente des femmes restées au pays et leur inquiétude. Chaque retour de Dan est pour Stella une parenthèse enchantée et ce d’autant plus qu’elle est l’épouse d’un autre. Joie, bonheur, culpabilité et remords sont d’autant de sentiments qui vont se bousculer chez la jeune femme. J’ai espéré que Dan et elle  trouvent une solution mais dés le départ, je savais que quelque chose les a éloigné et que j’allais inexorablement vers le drame.

En parallèle, le roman dévoile la quête de Jess. Elle a décidé d’aider à retrouver Stella. Mais sa mission est semée d’embûches. Mais bien que rien ne soit facile, elle va trouver une aide providentielle.

Les deux intrigues réunies rendent ce roman fort en émotion. Mon petit coeur a joué aux montagnes russes. J’ai adoré! C’est beau, c’est triste mais j’aurais tellement aimé rester un peu plus longtemps avec eux. En savoir plus sur la vie de Dan et Stella après la guerre!

Enfin un énorme coup de coeur pour moi!!!

g

Amour, gloire et beauté !!!!

51d+N7hIyUL._SX323_BO1,204,203,200_

20150829_152500

Aujourd’hui, je vais vous parler du nouveau roman de JR Ward, The Bourbon kings. 

L’auteur est connue pour sa série vampirique (que personnellement je n’ai pas aimé) et logiquement beaucoup ont pensé qu’elle réitérerait ce genre de roman mais sans le côté paranormal. Grand mal leur a pris!!! JR Ward est devenue mon idole en écrivant un roman digne des plus grands soaps de l’époque Spelling! J’ai adoré!!! En même temps, lorsqu’on me connait, il y avait assez peu de doute!

For generations, the Bradford family has worn the mantle of kings of the bourbon capital of the world. Their sustained wealth has afforded them prestige and privilege – as well as a hard-won division of class on their sprawling estate, Easterly. Upstairs, a dynasty that by all appearances plays by the rules of good fortune and good taste. Downstairs, the staff who work tirelessly to maintain the impeccable Bradford facade. And never the twain shall meet.

For Lizzie King, Easterly’s head gardener, crossing that divide nearly ruined her life. Falling in love with Tulane, the prodigal son of the bourbon dynasty, was nothing that she intended or wanted – and their bitter breakup only served to prove her instincts were right. Now, after two years of staying away, Tulane is finally coming home again, and he is bringing the past with him. No one will be left unmarked: not Tulane’s beautiful and ruthless wife; not his older brother, whose bitterness and bad blood know no bounds; and especially not the iron-fisted Bradford patriarch, a man with few morals, fewer scruples, and many, many terrible secrets. As family tensions – professional and intimately private – ignite, Easterly and all its inhabitants are thrown into the grips of an irrevocable transformation, and only the cunning will survive.

Le résumé essaie de nous appâter avec une romance mais oubliez là! Elle est presque anecdotique. Je dis presque parce qu’elle est quand même la bulle de fraîcheur dans ce roman où tout le monde il est pourri!!!

Oui oui!! Ils le sont tous! Bon, on essaie de nous faire croire que Lane, le plus ou moins héros, est le gentil mais je ne suis pas dupe! J’ai vu presque toutes les séries (même la grand n’importenawak Sunset beach), il va devenir pourri!!! Un peu à la manière du personnage de John Barrowman dans Central Park west. Plus sérieusement, ils ont tous un pet au casque. C’est l’histoire d’une famille riche mais dysfonctionnelle où chaque enfant porte les stigmates d’une enfance sous le joug du plus pourri des pourris : William Baldwine, leur père. (ma petite préférence va à l’aîné, Edward, si maltraité❤ )

Mensonge, trahison, détournement de fond, bébé rien ne nous est épargné (sauf peut être le jumeau démoniaque, mais il fallait bien en laisser pour le second tome). Et je vais me répéter, j’ai adoré (ne serait-ce qu’un énième rebondissement qui m’a un peu fait l’effet d’un trop plein et que j’aurai aimé aimé voir plus tard) et je dis vivement le tome 2.

Donc beaucoup des fans des brothers ont été déçus mais bon il suffisait de lire le résumé pour savoir à l’avance où on mettait les pieds. Et personnellement, je dis bravo à madame Ward d’avoir à ce point changé d’univers!!!

g

Des lectures de l’été 2015

Avec les vacances, j’ai beaucoup lu. Certains livres ont été un coup de coeur, d’autres de jolies moments. Heureusement, il n’y a pas eu de catastrophes littéraires ni d’abandon …

Cette année, j’ai renoué avec le YA. J’ai déjà parlé de The diviners (dont la suite, Lair of dreams, est arrivée dans mon kindle) et Lois Lane : Fallout dont le tome 2 est annoncé pour mai 2016). J’ai adoré ces deux livres donc il était difficile de les suivre. Mais j’ai enchaîné avec Mystic city de Theo Lawrence.

Aria Rose, la plus jeune héritière d’une des deux plus puissantes familles rivales de Mystic City, se retrouve promise à Thomas Foster, le fils des pires ennemis de ses parents. Leur union est sensée mettre fin à des décennies de vendetta politique, et réunir les habitants des Aeries, la classe dominante de la ville, contre les Mystiques bannis qui errent et fomentent dans ses bas-fonds. Mais Aria ne se souvient pas être tombée amoureuse de Thomas ; de fait : elle se réveille un matin avec de grandes zones d’ombres dans sa mémoire. Et elle ne parvient pas à comprendre pourquoi ses parents auraient accepté de s’unir aux Foster en premier lieu. Quand Aria rencontre Hunter, un rebelle et séduisant Mystique des bas-fonds, elle commence à retrouver des bribes de souvenirs, et comprend qu’il détient la clé de son passé.  Les choix qu’elle sera amenée à faire sauveront ou condamneront la ville – et sa propre existence.

On change de style et on retrouve une dystopie gentillette qui,pour autant,ne m’a pas déplu. Ce n’est pas un gros coup de coeur, mais il y a des idées intéressantes et notamment les « Mystic » sortes de X-men dépouillés de leurs pouvoirs. En gros, c’est comme si les pires craintes de Magneto s’étaient réalisées. Les « mutants » ont été drainés de leur pouvoirs par les « normaux » qui les craignent. Mais une révolte gronde et en son centre, on retrouve Aria, l’héritière d’une des familles « régnante » et Hunter le leader des révoltés. J’ai aimé que Aria ne soit pas d’emblée une « super héroïne », elle  tâtonne, se trompe et parfois est un peu naïve. Bref, mon intérêt a été émoustillé, d’autant que le livre s’arrête à un moment clé. J’adorerai lire la suite … oui … mais comme d’habitude, l’éditeur français ne semble pas près à suivre ses séries. Cela devient une habitude en France…. Ce premier tome étant sorti en janvier 2014 … Mais bon on a l’habitude …

Cet été, j’ai aussi décidé de laisser leur chance à certains auteurs NA. Il faut savoir que je n’aime pas trop ce genre. Trop de patho, des héros bien trop éloignés de mes intérêts (et oui la fac est très loin de moi maintenant) et puis j’ai un côté cynique qui ne croit pas à l’amour médicament dont le genre est friand. Rare sont les amours de fac qui durent de nos jours, alors laisser penser qu’une seule personne peut guérir l’autre de ses blessures me fait doucement rigoler. Mais bon j’ai tenté :

Ce si joli trouble de Cora Carmarck :

La veille de sa rentrée à la fac, Bliss Edwards a décidé de franchir le pas. Ce soir, elle ramène un garçon chez elle !
Au moment de passer à l’acte, pourtant, c’est la panique. Bliss invente une excuse bidon et quitte son appartement au milieu de la nuit. Et le lendemain, catastrophe : en entrant dans son cours de théâtre, elle tombe nez à nez avec celui qu’elle a abandonné chez elle, complètement nu, huit heures plus tôt…
Bliss ne s’est jamais sentie aussi ridicule ! D’autant plus qu’elle le trouve vraiment séduisant…

C’est frais, c’est mignon, les héros ne traînent pas à 20 ans des casseroles plus lourdes que les miennes à 36 … Bref, un très joli divertissement qui ne révolutionne pas la romance mais un feel good book!

maybe_someday

Et le second … (j’aurai pu mettre la couverture du livre mais je n’aime pas la couv de l’éditeur donc j’ai choisi une autre image)

À 22 ans, Sydney a tout pour être heureuse : des études passionnantes, le mec parfait, Hunter, et un superbe appartement en coloc avec sa meilleure amie Tori. Jusqu’au jour où elle apprend que ces deux êtres qui lui sont le plus chers lui cachent un secret impardonnable… Sydney décide alors de tout plaquer. Elle se rapproche de plus en plus de Ridge, son mystérieux voisin. Elle vibre lorsqu’il lui joue ses magnifiques mélodies à la guitare sur son balcon. Mais chacun a ses secrets, et Sydney va découvrir ceux de Ridge à ses dépens. Ensemble, ils vont comprendre que les sentiments qu’ils partagent ne leur laissent pas le choix dans leurs décisions.

Il m’a été conseillée par ma manucure et je n’ai pas regretté d’avoir suivi ses conseils. C’est un petit bijou. Certes, un des personnage souffre d’un handicap mais il ne le porte pas comme sa croix. Il vit avec et normalement. J’ai adoré les moments liés à la musique (et la bande son!!!). La romance m’a émue et je n’en demande pas plus à une romance. Il faut qu’elle me touche !!! Bref, je lirai d’autres livres de l’auteur!

J’ai lu d’autres livres, d’autres styles, des coups de coeurs et un retour à mes premiers amours …

g